Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Navigation sur le blog

Pour découvrir l'ensemble des articles classés par catégorie, utilisez le sommaire ci-dessous!

>>>  Sommaire et index des articles  <<<

Qui suis-je... ?

Mes petites pensées au quotidien

Post-opération: conseils / expérience

Mon parcours Sleeve - 2014
Reprise parcours 2018 (abandonné)
Parcours bypass - 2022

L'obésité et ses complications
La chirurgie de l'obésité
Menus et recettes

>>   Rejoignez-nous sur les réseaux  <<


Pour recevoir un e-mail à chaque nouvelle publication, inscrivez-vous ci-dessous à la Newsletter (promis, il n'y aura pas de spam) !

Bienvenue sur mon blog

Découvrez à travers ce blog près de vingt ans de lutte face à mon obésité dite "morbide" et mon diabète de type 2.

Régimes, échecs, déceptions, maladie, dépression, découragement, et... remontée de la pente grâce à la découverte de la chirurgie bariatrique.

Je vais m'appliquer à décrire ici mon parcours vers une sleeve gastrectomie, mon opération (2014) et ma perte de poids.

Vous y trouverez également désormais un petit bout de ma vie trois ans après, le récit de mes échecs des années 2017 et 2018, et enfin quelques nouvelles de ce que je suis devenue et de mes projets, aujourd'hui, à l'aube de l'année 2022.

Mail : blog.lighterlife@gmail.com
Nous rejoindre : sur le forum
Doctissimo : Lighter-Mary
Facebook : lighterlife.groupe
Twitter : @LighterLifeM
Discord : CttmBWdkZs


>>>>> Aide / en savoir plus 

Mots clés : Mary, obésité, sévère, morbide, chirurgie, bariatrique, anneau,  gastrique,ballon, intra-gastrique, by-pass, mini by pass, bypass, estomac, dérivation,  sleeve, gastrectomie, opération, surpoids, IMC, comorbidité, parcours, régime, poids, kilos,  menus, recettes, light, allégé, food, cuisine, repas, menus, mixé, mouliné, lisse, protéïnes,  diabète, glycémie, type, équilibré, malabsorption, vitamines, compléments, échec, perte de  poids, maigrir, amaigrissement, grossir, prise de poids, psychologue, psychiatre,  nutritionniste, diététicien, endocrinologue, hypnothérapie, thérapeute, hypnose, eriksonnienne, pneumologue, cardiologue, clinique, hôpital, hospitalisation,  ambulatoire, Louvière, Lille, Anjou, Angers, belle, ronde, sport, reprise, activité, contrôle, suivi, médical, complications, chirurgien, alimentation, thérapie, cognitive,  privation, régime, photos,  avant/après, avant, après, blog, forum, soutien

Publié par Mary

Pour rappel, le tout début de mon parcours a commencé par ce tout petit coup de fil passé courageusement un matin : 

Lundi 28 octobre 2013 : J'ai appelé ce matin la clinique de la Louvière pour prendre un premier rendez-vous auprès de l'équipe pluridisciplinaire dire "médico-psycho-diététique", à qui je pourrai parler de mon désir d'opération, et avec qui je ferai ce jour là un bilan de santé plus ou moins complet. La secrétaire m'a expliqué en quelques mots ce premier contact : je rencontrerai un nutritionniste, un psychologue, un endocrinologue et un pneumologue. Les premiers examens me seront fait pendant cette même journée (elle m'a parlé d'une suite de rendez-vous qui allaient durer entre 2 et 3h). Là encore ça a été rapide, et je n'ai pas parlé de l'opération avec la secrétaire. Je pense que c'est pendant cet examen préliminaire que je saurai si je peux oui ou non rencontrer le chirurgien pour une première fois.

J'ai rendez-vous le 12 décembre 2013 à 13h30. Je me dis que c'est déjà long pour un premier contact, mais après avoir attendu 3 ans pour me décider, je peux bien attendre un mois et demi de plus ... je pense qu'en attendant je vais continuer à travailler sur mon rythme de vie, veille/sommeil, sport, alimentation, et continuer à m'informer sur la chirurgie, sur le suivi pré-op' et post-op' et si j'en ai la possibilité, commencer à améliorer ma santé en parlant avec un généraliste, en faisant mes prises de sang, et en continuant à voir la psy pour voir si elle m'aide.
 

 
Mais la première grosse décision que j'ai décidé de prendre, avant le début de cette aventure, a été de me faire aider psychologiquement.
 

Lundi 21 octobre : Je me suis rendue de bon matin dans un organisme d'aide psychologique aux étudiants où travaillent des assistantes sociales et psychothérapeutes (psychologues et psychiatres). J'ai été très bien accueillie et j'ai passé une petite heure à parler avec une assistante sociale. Ça s'est très bien passé, j'ai été étonnée de la facilité avec laquelle j'arrivais à parler de mes problèmes (j'ai bloqué seulement quand elle m'a demandé d'évoquer les symptômes de ce que je pensais être une dépression). Elle m'a dit que c'était très bien d'avoir réagi et qu'il fallait battre le fer pendant qu'il était chaud. J'ai eu un RDV avec une psychiatre du centre pour le lendemain matin.

Mardi 22 octobre : psy + piscine
La séance avec la psy m'a un peu refroidie. Le contact est pas très bien passé, et ses méthodes ne m'inspirent pas confiance et je pense qu'elles me correspondront pas. Je décide de lui laisser sa chance et d'y retourner la séance suivante pour voir.


Autant je m'étais sentie très à l'aise et très écoutée avec l'assistante sociale du rendez-vous préliminaire, autant avec la psy c'est pas passé du tout.

D'abord, je l'ai trouvée d'entrée de jeu très froide et distante. Son cabinet est organisé comme un petit salon, et elle a son fauteuil et son bureau en face d'un canapé où j'étais assise.

Pour la toute première séance, elle a passé 30min à écrire sans me regarder en attendant que je parle, sans me guider à part au début un "parlez-moi de vous" (facile à dire, elle est marrante elle !)
Elle m'a dit que pour le plus gros des séances ça serait moi qui parlerai, moi qui devrai amener les sujets que je veux et qu'elle voulait m'entendre trouver et formuler les solutions toute seule...

Ça m'a bien inquiétée, j'ai du mal à parler de moi spontanément et j'étais pas sûre de réussir à me confier à elle si elle me guidait pas, et surtout je m'interrogeais déjà un peu sur son utilité. J'allais la voir pour qu'on m'apporte des pistes et des réponses, qu'on fouille ensemble pour trouver les causes de mon mal-être... Pas pour parler toute seule... Pour faire ça, autant ouvrir un journal intime.

J'ai décidé de faire confiance parce que c'était qu'une première séance, peut-être qu'elle avait dit ça pour me faire réfléchir et que ça irait mieux la fois prochaine ?

J'ai eu mon deuxième rendez-vous ce matin, et mes appréhensions se sont confirmées :/ j'm'étais un peu préparée, et en arrivant je lui ai demandé s'il valait mieux qu'on parle des soucis du moment ou bien partir de plus loin pour trouver les causes du problème, elle m'a répondu un truc genre "comme vous voulez, dites-moi ce qui vous passe par la tête"... 

Du coup je savais pas trop, je lui ai parlé un peu des progrès de ces deux dernières semaines, les RDV médicaux que j'ai enfin réussi à prendre, précisé que j'avais du mal à dormir et à garder un rythme de vie normal...etc. Ensuite une fois ça fini, elle m'a laissé galérer pendant 10min sans rien dire (et je vous assure que 10min sans parler en sachant que la personne en face vous regarde et attend que vous disiez quelque chose, c'est TRES long...) puis elle m'a dit "on va s'arrêter là pour aujourd'hui, au revoir mademoiselle" sans plus de commentaire... en 25min j'étais sortie.

Je me demande vraiment à quoi ça sert, parce que pour parler toute seule de problèmes que je connais sans qu'on m'apporte de réponses, j'ai pas vraiment l'impression d'avoir besoin de me déplacer pour ça...

Ça me laisse vraiment perplexe. Je sais pas si je dois maintenir mes rendez-vous et continuer à la voir alors que la séance a été vraiment pénible... et pas dans le bon sens, pas pénible dans le sens où ça nous retourne la tête parce que ça nous fait réfléchir, mais dans le sens où j'étais vraiment mal à l'aise et où j'en suis ressortie sans rien avoir gagné de nos échanges, pas même une piste de réflexion.

Surtout que comme je commence à aller mieux, j'ai beaucoup moins l'impression d'avoir désespérément "besoin d'aide" qu'avant.

Dès le 12 décembre je vais rencontrer un psychologue de la clinique, qui est spécialisé dans le traitement de l'obésité. Je me sentirai peut-être mieux avec lui...


La piscine par contre j'ai adoré. 3 ans que j'y étais pas allée. J'ai trouvé une nouvelle piscine, locaux propres, grand bassin avec lignes d'eau pour nager. Je me suis bien dépensé, j'ai commencé à mon rythme puis forcé un peu sur la fin. Résultat, 40 longueurs (25m) en 2h avec une grosse pause détente après la 30ème.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article