Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Navigation sur le blog

Pour découvrir l'ensemble des articles classés par catégorie, utilisez le sommaire ci-dessous!

>>>  Sommaire et index des articles  <<<

Qui suis-je... ?

Mes petites pensées au quotidien

Post-opération: conseils / expérience

Mon parcours Sleeve - 2014
Reprise parcours 2018 (abandonné)
Parcours bypass - 2022

L'obésité et ses complications
La chirurgie de l'obésité
Menus et recettes

>>   Rejoignez-nous sur les réseaux  <<


Pour recevoir un e-mail à chaque nouvelle publication, inscrivez-vous ci-dessous à la Newsletter (promis, il n'y aura pas de spam) !

Bienvenue sur mon blog

Découvrez à travers ce blog près de vingt ans de lutte face à mon obésité dite "morbide" et mon diabète de type 2.

Régimes, échecs, déceptions, maladie, dépression, découragement, et... remontée de la pente grâce à la découverte de la chirurgie bariatrique.

Je vais m'appliquer à décrire ici mon parcours vers une sleeve gastrectomie, mon opération (2014) et ma perte de poids.

Vous y trouverez également désormais un petit bout de ma vie trois ans après, le récit de mes échecs des années 2017 et 2018, et enfin quelques nouvelles de ce que je suis devenue et de mes projets, aujourd'hui, à l'aube de l'année 2022.

Mail : blog.lighterlife@gmail.com
Nous rejoindre : sur le forum
Doctissimo : Lighter-Mary
Facebook : lighterlife.groupe
Twitter : @LighterLifeM
Discord : CttmBWdkZs


>>>>> Aide / en savoir plus 

Mots clés : Mary, obésité, sévère, morbide, chirurgie, bariatrique, anneau,  gastrique,ballon, intra-gastrique, by-pass, mini by pass, bypass, estomac, dérivation,  sleeve, gastrectomie, opération, surpoids, IMC, comorbidité, parcours, régime, poids, kilos,  menus, recettes, light, allégé, food, cuisine, repas, menus, mixé, mouliné, lisse, protéïnes,  diabète, glycémie, type, équilibré, malabsorption, vitamines, compléments, échec, perte de  poids, maigrir, amaigrissement, grossir, prise de poids, psychologue, psychiatre,  nutritionniste, diététicien, endocrinologue, hypnothérapie, thérapeute, hypnose, eriksonnienne, pneumologue, cardiologue, clinique, hôpital, hospitalisation,  ambulatoire, Louvière, Lille, Anjou, Angers, belle, ronde, sport, reprise, activité, contrôle, suivi, médical, complications, chirurgien, alimentation, thérapie, cognitive,  privation, régime, photos,  avant/après, avant, après, blog, forum, soutien

Publié par Mary

Parcours by-pass (avril-octobre 2022) - Intro (partie 3) : abandon de 2018

(...suite du billet précédent : partie 3 du résumé de mon parcours, années 2017-2018)

************************************ Partie 3 : abandon de 2018

Entre temps, j'avais quitté Lille, puis m'était installée successivement à Rennes, puis Angers. Ma vie n'a pas été simple durant toute cette période, j'ai connu de nouvelles relations très compliquées et une qualité de vie clairement en deçà de ce dont j'aurais eu besoin pour m'épanouir. Je suis ressortie de toutes ces épreuves très affaiblie (psychologiquement) et découragée.

Vous pourrez retrouver ce qui avait à l'époque motivé l'envie d'un by-pass à partir de la page sommaire dans la rubrique "Mon parcours bypass (2018)", même si je n'étais pas allée très loin dans ces explications et dans la description du parcours, vous aurez au moins le cheminement de mes pensées qui m'ont menée à cette décision, qui ne m'a jamais quitté malgré mon abandon à cette époque.

Parmi tous ces messages que j'avais postés, dans l'énergie du début et l'enthousiasme, j'avais écrit plusieurs fois que "ça y est, je suis prête, je me lance", mais je pense que je me trompais. J'étais loin d'être prête, pour une simple et bonne raison : j'avais trop de choses à gérer et à régler avant de me lancer dans ce projet. Et je crois que ça se ressent beaucoup dans ce que j'écrivais à cette époque en 2017.

J'avais d'une part des choses à régler au niveau de ma santé, refaire des bilans, évaluer "où j'en étais" et ce dont j'avais besoin, et je pense que c'était prioritaire par rapport à la perte de poids. J'ai voulu mettre la charrue avant les bœufs, et je n'ai pas réussi à avancer.

D'autre part, j'avais des choses à régler dans ma vie tout simplement. Je sortais d'une relation très très difficile dans laquelle je m'étais laissée enfermer et à l'intérieur de laquelle je n'avais plus aucun contrôle sur ma propre vie. Avant de me lancer dans un projet de telle envergure, qui exigeait de grands changements, je crois que j'avais besoin de réapprendre à vivre normalement, par moi-même, et pour moi-même.
Réapprendre à organiser mes journées, décider de mes activités et des heures auxquelles je voudrais les pratiquer, décider de l'heure à laquelle je me lèverai et coucherai, faire mes propres courses, cuisiner, sortir pour le plaisir, seule ou accompagnée, plutôt que par nécessité absolue. Réapprendre à me faire plaisir, faire des choses que j'aime, acheter des choses qui me font plaisir, explorer de nouvelles activités... me retrouver simplement, redécouvrir ma personnalité qui avait été étouffée et enfouie profondément, mes goûts, mes préférences, mes envies.

Je crois qu'après avoir été enfermée si longtemps "dans le gris" comme je le dis si souvent (c'est à dire pas malheureuse, mais pas heureuse non plus, comme si ma vie était entre parenthèse et n'allait nulle part, je n'avais plus aucune envie, plus aucun projet personnel), j'ai voulu donner un grand coup de pied dans la fourmilière et me secouer pour ne pas rester dans l'inaction et risquer de sombrer de nouveau, et me lancer à corps perdu dans un projet qui me tenait à cœur (projet de reprendre ma santé en main de manière générale puis de me diriger vers un by-pass). 

Mais ça n'était pas le moment. C'était trop tôt, trop précipité, et c'était... juste "trop". Pour moi à ce moment donné dans ma vie. C'était trop exigeant aussi, ça m'obligeait à reprendre le contrôle sur des choses qui étaient déjà très instables et fragiles dans ma vie. Ça me forçait à sortir souvent, à raconter mon parcours à de nouveaux médecins, en détails et en profondeur, me confronter à mes échecs et à toute cette période durant laquelle j'avais fait l'autruche (et psychologiquement, c'était difficile à admettre et à assumer, malgré mon assurance habituelle)

J'ai préféré abandonner avant la fin du parcours. Mon dossier n'est jamais passé en commission. 

J'ai quand même fait tous les examens préliminaires indispensables, pour me laisser le temps de la réflexion, et en me disant que dans tous les cas ça me ferait du bien de savoir où j'en suis vis à vis de ma santé.

J'ai également commencé un suivi avec une psychologue privée qui a duré quelques mois et qui m'a vraiment fait évoluer, dans le bon sens, m'a permis de m'explorer et de mieux me comprendre sur de nombreux aspects. Ça m'a changée, sur le long terme, et on a travaillé sur des points essentiels qui ont beaucoup contribué à l'équilibre que j'ai réussi à atteindre aujourd'hui (2022).

J'ai suivi tous les ateliers à l'HTP (au maximum de ce à quoi j'avais le droit) (vous pouvez retrouver les détails en cliquant ici). On pourrait se dire que ça n'a servi à rien, si je n'étais pas prête à être opérée, mais j'ai vraiment beaucoup aimé ce qu'ils proposaient, des ateliers d'éducation thérapeutique (sur la diététique, sur les aliments, sur la façon de se nourrir, sur les comportements problématiques, sur l'obésité...etc.), une thérapie de groupe avec des cercles de paroles que j'ai trouvé très très enrichissants (découvrir le parcours d'autres personnes, parler de soi, se sentir moins seule) et souvent orientés sur la gestion des émotions, ma bête noire. 

De la même façon qu'en 2013, j'ai acquis de nombreuses connaissances et compris beaucoup de choses que je suis très fière aujourd'hui d'être en mesure de comprendre et expliquer (sur l'alimentation, sur le fonctionnement du corps, du cerveau, sur le comportement, sur les addictions, sur l'estime de soi, sur les préjugés... plein plein de choses, dans plein de domaines). Et je pense que ce parcours à l'HTP, très bienveillant mais exigeant, m'a également permis de me rendre compte que je n'étais vraiment pas prête.

Je n'arrivais pas à garder la tête hors de l'eau, à initier et/ou maintenir les changements nécessaires (cuisine, alimentation équilibrée et fragmentée, vie plus active, sorties, marche, activité physique adaptée...etc.) et j'ai réalisé que si je m'obstinais, je fonçais droit dans le mur. J'aurais pu être opérée, mes difficultés ne se voyaient pas vraiment et j'aurais très bien pu faire "comme si" et montrer à l'équipe ce qu'ils voulaient voir, une fille équilibrée et sûre d'elle. Mais je savais que ça n'était pas la bonne solution, que je risquerais de "tout gâcher" une nouvelle fois et de ruiner ma "dernière chance". Et surtout, j'en avais marre de tricher et d'y aller au culot en croyant à ma chance et en me disant "ça passera, je vais y arriver !" tout en sachant au fond que ça n'était pas le cas.

J'ai décidé de prendre du recul et de faire un bout de chemin par moi-même d'abord. Je suis néanmoins contente d'avoir renoué avec le corps médical, j'ai pu voir l'endocrino, une généraliste, une gynéco/sage femme...etc. et je n'ai plus eu d'interruption de traitements (pour mon diabète) depuis cette époque, donc c'est toujours ça de positif ! Je fais mes injections d'insuline tous les soirs, je prends mes cachets (pour le diabète et les compléments alimentaires) tous les matins, je fais ma prise de sang tous les 3 mois, réglée comme une montre suisse.

... à suivre
Je vous poste la suite de mon parcours (partie 3), dans le post de demain !

 

(Illustration de l'article : image trouvée sur Pinterest ici.)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

S
Merci pour ton passage sur mon blog<br /> Je suis contente d'être tomber sur ton blog, je vais le lire à tête reposer, il est top !<br /> Encore merci. Bises.
Répondre
M
Super, merci à toi pour tout ce que tu partages ! :)